Vendredi                   17 Juin 2005

                                                        
 
 

                                                                                                                                                                                

                                      
« Je ne suis pas un symbole »
                  

LE FIGARO.                   - Quel est votre sentiment après cette élection inattendue ?                   

                  

Assia DJEBAR. -

                  

Le plus                   difficile a été de poser ma candidature. Mais j'ai éprouvé                   beaucoup de plaisir à rencontrer les académiciens, à parler de                   l'Algérie, du Maghreb, des langues, de la francophonie, de la                   mémoire. Ces moments-là ont été très positifs. Je suis très                   touchée que l'Académie m'ait reçue au fauteuil de Georges                   Vedel, et j'aurai l'occasion de l'exprimer lors du discours de                   réception.
Vous êtes plus connue à l'étranger qu'en                   France.
J'écris depuis plus de quarante ans. Et pourtant,                   en France, j'ai reçu un accueil plutôt confidentiel ; je ne                   dirais pas que je suis un auteur qui souffre, mais je ressens                   tout de même une certaine solitude ici. Alors qu'en Allemagne,                   en Italie ou aux États-Unis, mes livres sont très biens reçus,                   et j'ai des lecteurs fidèles. Cela dit, j'en ai aussi en                   Alsace, depuis que j'ai écrit Les Nuits de Strasbourg !                   
Vous êtes une femme, d'origine algérienne, de culture                   musulmane, vous vivez à New York où vous enseignez la                   francophonie. Quel symbole représentez-vous ?
Je ne suis                   pas un symbole. Ma seule activité consiste à écrire. Chacun de                   mes livres est un pas vers la compréhension de l'identité                   maghrébine, et une tentative d'entrer dans la modernité. Comme                   tous les écrivains, j'utilise ma culture et je rassemble                   plusieurs imaginaires
.
Propos recueillis par M. A.                   

            

                         

Mohamed     AISSAOUI