Vendredi 23 Juin 2006

Assia Djebar reçue à l'Académie française

 

En l'accueillant parmi eux,  les Immortels ont salué la romancière internationalement reconnue.

ASSIA DJEBAR, élue à l'Académie française le 16 juin 2005, a été reçue, hier, sous la Coupole de cette institution, en présence de nombreuses personnalités, notamment l'ambassadeur de France en Algérie et l'ambassadeur d'Algérie en France, assis côte à côte. Assia Djebar, écrivain reconnue à l'étranger, et régulièrement citée pour le prix Nobel de littérature, est la première maghrébine reçue par les Immortels.
De son vrai nom Fatma-Zorah Imalhayène, l'écrivain demeure méconnue dans l'Hexagone. Ne nous avait-elle pas affirmé : « En France, j'ai reçu un accueil confidentiel. Je ne dirais pas que je suis un auteur qui souffre, mais je ressens une certaine solitude ici. Alors qu'en Allemagne, en Italie et aux États-Unis, mes livres sont très bien reçus, et j'ai des lecteurs fidèles ». Il est vrai qu'elle a décroché de nombreuses récompenses littéraires à l'international, notamment le Grand Prix de la paix allemand.
Avec Jacqueline de Romilly, Hélène Carrère d'Encausse et Florence Delay, elle sera la quatrième femme à siéger parmi les 38 académiciens (deux sièges restent à pourvoir). Cet aspect-là a valeur de symbole, car l'oeuvre d'Assia Djebar est indiscutablement marquée par son engagement en faveur de la liberté des femmes, notamment dans la société algérienne.
Amoureuse de la langue de Molière
Autre symbole : les académiciens vont accueillir une militante de la francophonie, une amoureuse de la langue de Molière - rappelons que la Coupole rassemble des hommes et des femmes qu'ils soient poètes, médecins, philosophes ou hommes d'Église « qui ont tous illustré particulièrement la langue française ». Car cette fille d'instituteur (première Algérienne à être admise à Normale sup en 1955) enseigne la francophonie à l'université de New York. Pour la petite histoire, elle avait même reçu de ses nouveaux pairs la médaille de vermeil de la francophonie, en 1999.
Assia Djebar occupera le fauteuil numéro 5 laissé vacant par Georges Vedel. À une semaine de ses 70 ans - elle est née à Cherchel, le 30 juin 1936 - la romancière, essayiste et dramaturge ne pouvait rêver à un plus beau cadeau.

Mohamed AISSAOUI